Tuesday, December 6, 2016

Mao, Intervention aux Causeries sur la Littérature et l(Art, Yan'an, mai 1942



Mao, Intervention aux Causeries sur la Littérature et l’Art, Yan’an mai 1942 :

            Ce document publié le 23 mai 1942 est un ensemble comportant deux allocutions prononcées par Mao l’une à l’ouverture, l’autre à la clôture (nous n’avons affaire ici qu’à son introduction) des Causeries sur la littérature et sur l’art à Yan’an . Celles-ci se sont déroulées du 2 au 23 mai ; elles rassemblaient une centaine de représentants de la culture et des arts, les cadres communistes responsables de ces domaines. Les uns et les autres provenaient de villes ou de provinces conquises ou libérées par le PCC et son armée. C’est en théorie le Comité central (Parlement) du Parti qui a été à l’origine de cette rencontre. À cette date, Mao a surclassé ses rivaux et occupe la première place dans le pouvoir communiste. Le contexte complexe (la guerre contre l’envahisseur japonais, la domination du pays par le KMT, mais aussi la trop grande influence encore des 28 Bolchéviks) va donner l’occasion de renforcer son rôle éminent. Il va ainsi assigner aux écrivains et aux artistes des missions précises qui s’inscrivent davantage et mieux dans le processus révolutionnaire. Il est aisé de déceler dans ses propos les fils conducteurs de la Campagne de Rectification qui commence dès cette année et continua jusqu’en 1944.
             À l’occasion de l’ouverture de la réunion, Mao va développer les modalités d’une plus grande et plus fructueuse liaison « entre le travail littéraire et artistique et le travail révolutionnaire en général ». Son discours est incontestablement marxiste léniniste. Quelques postures le précisent : il convient d’assurer un développement « sain » à la littérature et à l’art, ceux-ci devant donner une contribution féconde aux autres activités révolutionnaires... Leur tâche est de constituer le « front de plume » pour la libération du peuple chinois. Mao évoque  d’abord les problèmes qu’écrivains et artistes doivent résoudre : adopter une position de classe, être attentifs à leur attitude, à leur public, le travail et les études qu’ils doivent mener. S’ensuivent alors quatre grandes parties où sont déclinées les thèmes majeurs des Causeries : qui servir ? Comment servir ( élever le niveau ou populariser) ? Quelles doivent être les relations avec le Parti, en son intérieur comme avec ses relations extérieures ? Pourquoi le développement de la critique littéraire est-il indispensable ? Au total donc, nous avons affaire, pour le moins, à des « suggestions » de travail très directives…
            La seconde partie du document est la seule introduction du discours de clôture de Mao. Il rappelle aux participants qu’il convient, dans toute démarche littéraire ou artistique initiale de s’en tenir aux faits réels et non à leur définition. Il en privilégie six : la guerre de résistance contre le Japon, la guerre mondiale contre le fascisme, l’attitude hésitante des gros propriétaires fonciers, le mouvement révolutionnaire des écrivains et des artistes, les bases démocratiques de la VIII° Armée de Route (du point de vue de la fusion « front de plume » et « front armé ») et enfin les controverses soulevées dans le domaine de la littérature et de l’art à Yan’an et dans les autres bases antijaponaises. Il assigne alors son auditoire à examiner les problèmes à leur lumière, pour » servir les masses et savoir mieux les servir ».
             En résumé apparaît ici un trait majeur du pouvoir se fondant sur communisme « sinisé » théorisé par Mao: le rôle assigné aux intellectuels. Celui-ci est illustré par la Campagne de Rectification (1942-1944) durant laquelle plus de 10 000 personnes furent tuées. Le Parti s'était efforcé d'attaquer des intellectuels et de remplacer la culture du mouvement du 4 mai par celui de la culture communiste. De façon plus allusive enfin, on trouve dans ce document les prémices de la future « dictature démocratique du peuple de 1949.


No comments:

Post a Comment