Friday, October 20, 2017

Call to Youth, Chen Duxiu

Ce texte est un extrait de l’article « Call to Youth » du journal New Youth (La Jeunesse) traduit et publié par Ssu-yu Teng et John K. Fairbank dans China’s Response to the West : A Documentary Survey en 1954.

Dans cet article Chen Duxiu s’adresse à la jeunesse chinoise et appelle ces jeunes à se soulever contre les prédicats de la société chinoise confucianiste et démodée.

L’article débute avec une métaphore sur la jeunesse en opposition à la vieillesse. Ainsi la jeunesse est présentée comme le renouveau, ce qui maintient en vie et le vieux ce qui pourrit et rend malade. Il demande aux jeunes de prendre part au débat et au changement nécessaire à la survie du pays. Pour les aider à agir, il énumère 6 principes qui leur donneront les outils nécessaires pour défaire les vieilles institutions.

Le premier ; devenir indépendant soit renverser la hiérarchie. De l’obéissance à l’Empereur jusqu’à la piété filiale ; Chen Duxiu s’attaque ici à un des principes les plus chers à la société de l’époque. Le deuxième; le progrès en opposition au conservatisme, fait référence aux coutumes et traditions qui empêchent la Chine d’avancer. Le troisième ; s’efforcer d’aller de l’avant et ne pas se reposer sur ses lauriers ; tel est le cycle de la nature et de la vie. Le quatrième ;  soyez cosmopolite et non isolationniste ; ce point fait directement écho au sentiment anti-étranger développé en Chine et le rejet de toutes choses non chinoises. Selon lui une nation ne peut prospérer sans s’inscrire dans le monde. Le cinquième ; laisser tomber la forme pour l’utile. Ce principe renvoie au pouvoir impérial qui est incapable de mettre en place une organisation effective mais se concentre sur « les formes ». Enfin le sixième principe ; faire prévaloir la science plutôt que l’imagination. Chen Duxiu décrit la science comme « la somme de phénomène objectif analysé par la raison subjective » et l’imagination comme « transgression du domaine des phénomènes objectifs et rejet de la raison ». En d’autres termes du concret et des hypothèses ; pour lui la stabilité est le fondement nécessaire au bon fonctionnement de la société.


Par ce texte Chen Duxiu nous livre une opinion forte, novatrice mais également choquante et violente pour l’époque. Il s’attaque ici à tout ce qui fait jusqu’alors « l’identité » de la Chine. Il remet en cause les croyances, l’éducation, les principes moraux, les traditions et l’histoire de cette Chine dont le gouvernement s’essouffle. On a l’impression de faire face à une situation sans issue d’où cet appel à la jeunesse qui semble représentée le dernier espoir du pays. Une communauté capable de s’extirper à temps de cette mauvaise éducation et qui pourra apporter le renouveau, la stabilité et la prospérité à la Chine. 

1 comment: