Friday, October 6, 2017

Ce document est un extrait de  l’ouvrage « Changing China, Readings in the History of China from the opium War to the Present » écrit en 1977 par Mason Gentzler.
 Cet extrait est écrit par Kang Youwei en 1898, où il fait part à l’Empereur Guangxu de ses inquiétudes et des ses idées pour le gouvernement. A cette époque sous la dynastie des Qing l’empire est en déclin face aux étrangers.
Kang Youwei souhaite instaurer des nouvelles réformes, une modernisation globale. Pour lui le « passé est pourrit » et la modernisation est le seul remède contre ce déclin pour y parvenir la Chine a besoin d’un modèle face à ses puissances étrangères et ce n’est pas chez les Anglais ni les Français et encore moins les Allemands car leurs coûtumes sont à l’opposée de celles de la Chine, elle doit se moderniser tout en y retrouvant une semblable à sa culture, qui se trouve être le Japon en premier lieu et en second lieu la Russie. Il faut laisser le passé qui est mauvais pour la Chine et accueillir la modernisation, l’industrialisation qui lui sera bénéfique.
Kang Youwei s’exprime face à l’empereur Guangxu par de la des métaphores pour ne pas détériorer l’empire de plus qu’il ne l’est, tout au contraire, il conseille l’Empereur et lui montre la voie de « la guérison » pour faire durer le plus longtemps le régime. Sa stratégie est de tenir compte de la force de ses ennemies et de ses faiblesses et de l’utiliser contre ses ennemies, l’effet « boomerang ».
 La tentative de Kang Youwei à interpeler l’empereur Guangxu où celui-ci décida de mettre en place la  « Réforme des Cent Jours ». Mais en vain car l’impératrice douairière Cixi, prit la place de l’empereur Guangxu. L’empire s’effondra pour laisser place à la République Populaire de Chine en 1911.

1 comment:

  1. Votre travail tend à paraphraser le texte. Il lui manque une véritable dimension analytique, avec une mise en évidence d'enjeux centraux. Attention: gros problème de date ou de dénomination.

    ReplyDelete