Friday, October 6, 2017

MEMORIAL OF KANG YOUWEI TO THE GUANGXU EMPEROR


Le document Memorial of Kang Youwei to the Guangxu Emperor est un extrait d’une lettre écrite, en janvier 1898, par Kang Youwei Le texte est issu de l’ouvrage Changing in China: Readings in the History of China from Opium War to the Presenttraduit en 1977, par J. Mason Gentzler et publié par New York: Praeger. Cette lettre adressée à l’empereur Qing Guangxu et écrite par le lettré Kang Youwei, a pour but de le convaincre de la nécessité de réformer la Chine suite à son déclin de ces dernières années.

            Le but de Kang Youwei en écrivant cette lettre était de faire passer ses idées et de persuader l’empereur du besoin de réformer la Chine en déclin de cette époque. Kang Youwei souhaite le convaincre de l’importance du rôle actif qu’il doit jouer dans les grandes réformes institutionnelles qui sont nécessaires au redressement de la Chine. Il propose également de se baser sur des modèles de réforme étrangère qui ont fonctionné pour initier celle-ci, notamment la réforme Meiji au Japon dont les coutumes et la religion ne sont pas si différente de la Chine au contraire des nations étrangères comme la France et les Etats-Unis. Cette lettre lui a été soumise cinq mois avant le lancement de la réforme des cent jours, série de réforme lancé par l’empereur et mise en place par Kang Youwei.


            Kang Youwei utilise des faits pour faire passer ses opinions auprès de l’empereur et ainsi le convaincre. “A survey of all states in the world will show that those states which undertook reforms became strong while those states which clung to the past perished.” Il démontre ici, par des faits, de la nécessité de réformer le pays et ne pas rester bloquer dans le passé. Pour lui, ce qui est ancien est faible avec des défauts et ce qui est nouveau est fort. Les institutions actuelles ne sont que des vestiges des anciennes dynasties qui ne sont même pas des “ancêtres mandchous” et qui ne protègent plus un territoire ancestral plus vraiment préservé. Il fait ici référence à la course aux « privilèges » de la part des autres puissances étrangères (Wikipédia) qui démantèle la Chine. Il évoque le manque d’unité de la population qui suit un gouvernement corrompu et démodé, l’empereur se doit d’être la boussole qui guide le peuple vers la modernité. Le contenu de cette lettre est donc vraisemblable à ce que l’on sait de cette partie de l’histoire, les mots de Kang Youwei auront eu effet sur l’empereur et celui tentera de réformer son pays pour le moderniser durant les cent jours de réforme. 

1 comment:

  1. Bonne lecture. Vous ne pointez pas suffisamment sur l'argument de la nécessité d'une politique nationale et la similitude formelle des exemples japonais et russes (deux monarchies). Notez le mode de raisonnement binaire de Kang Youwei.

    ReplyDelete