Saturday, October 7, 2017

Memorial of Kang Youwei to the Guangxu Emperor (1898)

Ce document est la traduction anglaise d'une lettre écrite en 1898 par Kang Youwei, témoin des évènements qu'il raconte. Elle s'adresse à l'empereur Guangxu, elle est rédigée dans le but de l'inciter à mettre en place des réformes majeures des institutions. La Chine est alors à un tournant de son histoire, affaiblie successivement par les deux Guerres de l'Opium qui seront bientôt suivies par d'autres défaites militaires, elle tente de se moderniser notamment en adoptant des techniques et machines occidentales. La Chine essaie également de préserver l'intégrité de son territoire, qui est menacé par les puissances étrangères et notamment occidentales, qui veulent notamment contrôler les ports chinois les plus importants.

Le sujet principal de ce document est donc la necessité de mettre en places d'importantes réformes en Chine.
En écrivant ce courrier à l'empereur, Kang Youwei essaye de le convaincre que les institutions en place sont obsolètes : « the new things are fresh but the old things rotten » et qu'un changement est la clé de la réussite de la Chine, tout comme le Japon avant elle.
Mais tout le monde n'est pas de cet avis, certains voient d'un mauvais œil cette volonté de changement et de modernisation, et la considère comme une insultes aux ancêtres ayant mis en place ces vieilles institutions. Un argument que Kang Youwei essaye de contrer : « institutions are for the purpose of preserving one’s territories. Now that the ancestral territory cannot be preserved, what good is it to maintain the ancestral institutions? »

Kang Youwei réussi à convaincre l'empereur et obtient une audience la même année, il est alors chargé de mettre en place la « Réforme des Cents jours ». Il a donc pour mission de mener à bien les différentes réformes, notamment une réforme de l'éducation et la mise en place d'une constitution.
Mais un coup d'état de l'impératrice douairière Cixi met fin à cette période de tentative de changement, elle déclare alors l'empereur Guangxu incapable de règner et l'enferme dans son propre palais. Kang Youwei est contraint de s'enfuir à l'étranger avec son disciple, et ne reviendra en Chine qu'en 1913.

1 comment:

  1. Il faut vous centrer sur le texte même et en éclairer les enjeux. Un tiers de votre analyse est consacrée à ce qui s'est produit après. Ce n'est pas l'objet.

    ReplyDelete