Saturday, October 7, 2017

MEMORIAL OF KANG YOUWEI TO THE GUANGXU EMPEROR

     Ce document Memorial of Kang Youwei to the Guangxu Emperor est un extrait de lettre écrit par Kang Youwei à l'Empereur Guangxu à la fin-janvier 1998, et traduit par J. Mason Gentzler en 1977 dans son ouvrage Changing China: Readings in the History of China from the Opium War to the Present. Le document consiste à persuader Guangxu de la nécessité de la réforme, il préconise l'abandon des institutions des ancêtres et propose l'adoption de la réforme de l' ère Meiji et celle de Russie. Moins de 5 mois après, la Réforme des Cents Jours a lieu, soutenu par l'Empereur Guangxu et l'Impératrice douairière Cixi. La durée de cette réforme est à peine plus de cent jours, donc on l'appelle la Réforme des Cents Jours.

    Après  les défaites dans la première guerre de l'opium, la seconde guerre de l'opium, la guerre franco-chinoise et la première guerre sino -japonaise, ainsi que les traités inégaux, la Chine est considérée comme un pays vassal et inférieur et la défaite de la Chine face au Japon conduit à une course aux  privilèges de la part des autres puissances étrangères. Face à la situation à l'intérieur et à l'extérieur, des officiels intelligents, y compris Kang Youwei et ses disciples, préconisent une réforme profonde pour préserver le pays. Leur plan touche les aspects variants, cible la modernisation dans les domaines de l'éducation, l'économie, l'administration et l'armée. Dans l'extrait de cette lettre, Kang Youwei dit que l'attachement au passé conduit inévitablement à la ruine du pays et une réforme complète est obligatoire. En plus, il propose l'abandon des l'institutions des ancêtres, car elles ne sont plus l'idée originale de nos ancêtres mais un produit de la bureaucratie. Il souligne particulièrement que la politique nationale déterminée est indispensable pour le succès de la réforme et il le faut mettre en oeuvre selon la variété de l'importance des faits. Une  adoption de Pierre le Grand en Russie et la réforme de l' ère Meiji du Japon sont proposés aussi en considérant le lieu et le temps proches.

     Pas longtemps après la déclaration de réforme, on voit un coup d'État contre l'empereur préparé par Cixi et son allié le général Ronglu, qui met l'Empereur Guangxu aux arrêts et proclame la défaite de la réforme. L'échec convainc la plupart des partisans de l'impossibilité de moderniser le système impérial et des sociétés secrètes plus radicales se tournent à la révolution. On voit dans cette lettre que Kang Youwei propose une façon barbare pour la réforme (If the charge is not “using barbarian ways to change China,’’ then it is “upsetting the ancestral institutions), mais en fait elle est un peu trop radicale pour le soutien de la cour et aggrave le mécontentement des Mandchous. En outre, Kang Youwei a une idée de vendre des territoires aux puissances étrangères pour l'acquisition du financement de la réforme. Bien que le coup d'État par Cixi  termine la Réforme des Cents Jours, qui est considérée infavorable pour la modernisation de la Chine, mais il a certainement empêché la vente et le partage du territoire de notre pays.

1 comment:

  1. Votre lecture couvre plusieurs aspects importants, même si vous ne les mettez pas toujours en valeur. L'enjeu est non seulement de mener des réformes, notamment institutionnelle, mais d eleur donner une direction "nationale" sous l'autorité de l'empereur. L'évocation de Meiji ou de Pierre le Grand renvoie notamment à cette dimension.

    ReplyDelete