Saturday, November 18, 2017

Chiang Kai-shek / Wang Jingwei

Les deux documents en comparaison sont un article écrit par Chang Kai-shek en décembre 1936 intitulé « New Order in East Asia », l’autre est un discours radiophonique prononcé par Wang Jingwei à Tokyo en 1941.

Wang Jinwei prononce son discours alors que la Chine dont la capitale Nankin est tombée aux mains des japonais en 1937 se défend toujours contre l’envahisseur et les communistes et les nationalistes contraints de coopérer mènent d’orchestre des opérations militaires. Cependant dans son discours, qui s’adresse aux japonais, Wang Jingwei, qui parle à la première personne du pluriel au nom de « tous les chinois » , assure dans son discours de propagande que les actions que mène le Japon en Chine sont bénéfiques pour son pays, que l’ambition des japonais de créer une Asie de l’Est unifiée est une tâche noble qui sera rejoints par les chinois et que c’est par l’aide du Japon que la Chine pourra se moderniser et en finir avec le joug occidental et communiste. Il n’omet pas d’ouvrir son discours en se positionnant comme un ancien élève du Japon qui, de nationalité chinoise, fut trop intellectuellement limité pour apprendre la noble langue japonaise. Cela participe à alimenter la fierté des japonais et les consolides dans leurs esprits de conquêtes pour civiliser la Chine en quelque sortes.

Or la réalité est tout autre, et Chang Kai-shek écrit en 1936 que les Chinois ne sont pas prêts d’abandonner leur pays au Japon. Dans un effort de défense et ‘’d’unité nationale’’ les communistes et les nationalistes seront mêmes prêts à se soutenir mutuellement dans la lutte. L’entreprise du Japon de « ressuciter » la Chine est surtout une excuse pour justifier le désir expansionniste de ce dernier. Voulant soi-disant débarrasser la Chine des Occidentaux pour créer une Asie de l’Est unie, il devient en réalité le nouvel envahisseur et son envie de conquête ne se limite pas seulement à la Chine mais au monde.


Quand un discours est fait pour encourager le peuple a lutter contre le Japon en 1936 l’autre est fait pour rassurer les japonais dans leurs mentalités expansionniste à l’époque ou la guerre sino japonaise s’enlise et que le Japon de parvint pas à s’emparer de toute la Chine lui qui assurait pouvoir conquérir en 1930 l’ensemble du continent chinois en trois mois : « Ecrasez les chinois en trois mois et ils vous supplieront de leur accorder la paix » déclarait le ministre Sugiyama. 

1 comment:

  1. Votre lecture est assez juste dans les deux premiers paragraphes, mais vous extrapolez en introduisant des éléments extérieurs et imprécis.Il faut vous en tenir au texte, aux auteurs, à leurs arguments, en les recontextualisant dans le temps où ils ont été produits.

    ReplyDelete