Saturday, November 11, 2017

THE THREE PRINCIPLES OF THE PEOPLE, SUN YAT- SEN (1924)

      Le document est un extrait datant de 1924 d’un discours de Sun Yat-sen The Three Principles of the Peopl et traduit par Dun Jen Li  dans son ouvrage The Road to Communism : China Since 1912  en 1969.  Dans ce texte Sun Yat-sen expique l'idéologie principale de Guomindang selon laquelle les trois principes du peuple: le nationalisme, la liberté et la condition de la vie du peuple, concernant la souveraineté du pays, les droits civiques, la reconstructure du gouvernement ainsi que des politiques éconoliques.

      Tout d'abord,  il parle du principe de nationalisme. Dans ce passage il veut faire comprendre le peuple que la situation de Chine est voire pire que celle de la Corée et l'Annam en indiquant le semi-colonie de la société: esclave de plusieurs pays en ce même temps. Sun rappelle le peuple à l'élimination de l'imperialisme pour se dégager de la servitude et reprendre la souveraineté de le l'Etat. Puis il aborde le principe de démocratie. D'aprèis lui, la liberté du peuple chiois consiste à la liberté nationale au lieu de personnelle, ce qui concerne la liberté occidentale. Il n'admet non plus le concept de l'équalité de l'Occident car selon lui la vraie équalité signifie les mêmes droits politiques du peuple dans une société démocratique. Sur les droits civiques, il parle du droit de voter (le plus important), de rappel, d'initiative et de référendum, qui construit la base de démocratie. Il propose aussi d'établir un gouvernement de cinq pouvoir garantir les intérêts du peuple. Enfin il se réfère à la condition de la vie du peuple. Pour Sun, les obstacles empêchant le progrès de la société réside dans la pauvreté. Afin de relever le niveau de la vie du peuple, il faut distribuer la terre aux paysans et protéger les industries natives contre les pouvoirs étrangers par les moyens politiques.

   A travers ce texte on peut voir le déterminité de Sun Yat-sen pour reprendre la position indépendante de Chine. Selon son réquisitoire à plusieurs reprises sur les traités inégaux de colonialisme et son désaccord avec Marx, on peut sentir son anilosité contre l'Occident. Par contre, son propos de l'établissement du gouvernement fait réference au pouvoir exécutif, législatif et judiciaire de l'Occident. Ce paradoxe en fait manifeste l'intelligence de Sun et sa pensée binaire. Sun  attache aussi de l'importance au développement de l'industrie, ce qui favorise l'accumulation du capital.

    Mais des idées radicals se manifestent à la fois. Son interprétation de la liberté bien que assez raisonnable dans la circonstance-là, mais quant à sa parole de la sacrifice de la liberté qui est contradictoire à la démocratie, retourne à la privation du droit du peuple. Privé de liberté personnelle, comment le peuple puisse agiter avec sa volonté?

1 comment:

  1. Le texte de Sun montre en effet les contradictions de sa pensée et de son programme politique. Les termes sont parfois sans nuance, mais surtout ses propositions sont souvent assez floues.

    ReplyDelete